Les critiques de Jean Paul au festival de Clermont-Ferrand 2019

Par ordre alphabétique

 

Ainda ontem ♠

Court métrage de Jessica Candal  (Brésil 2018)   20′   (Clermont)

Joutes verbales au début, flow et phase bien tournée mais sombrant rapidement dans le saignement d’oreilles. J’ai fini en wack.


Allée des jasmins ♠

Court métrage de Stéphane Ly-Cuong  (France 2018)   21′    (Clermont)

Mal du pays.


A nous deux ♠

Court métrage de Marie Loustalot  (France 2018)   20′   (Clermont Canal+)

Roman feuilleton pour magazine hebdomadaire 3 ème âge.


A priori sauvage ♥ 

Court métrage documentaire fiction de Romain André (France 2018)   24′   (Clermont)

Plans fixes et solitudes et rencontre virtuelle.


A silent dancing

Court métrage de Yura Gim (Corée du sud 2018)   15′   (Clermont)

Le désespoir d’un père qui contrarie l’avenir de sa fille.


Automne malade ♠

Court métrage de Lola Cambourieu et Yann Berlier (France 2018)    30′   (Clermont-Ferrand)

Il faut être maso, la vache 30 minutes c’est pas rien ! J’oré bin besoin de me poivrer la ruche pour tenir jusqu’au bout, pas pour voir la fin non, juste pour savoir si ya quèquechose a en tirer. La miss se décafarde dans le Cantal parce qu’elle a un trou dans la raquette et elle nous abreuve de grimaces pour exprimer soket le blues. Ca yet je suis bourré là, putaraille je tiens pas la route, je le savé !


Barcelona

Court métrage de Prïncia Car  (France 2018)    15′    (Clermont-Ferrand)

Une bande de jeun’s pas relou voyagent dans le temps et l’espace à un train d’enfer dans leur minibus à 9 places volé. Ils nous invitent à l’école de leur quartier et on ne se fait pas prier. Deux filles et sept garçons vont dans la même direction, là où les individualités peuvent s’exprimer. Le verbe et l’énergie du groupe enrichissent ce voyage par des aller retour entre rêve et réalité, dans une symphonie électrisante.


Beautiful loser ♠

Court métrage de Maxime Roy (France 2018)     24′    (Arte)

A donf la zone, j’ai senti le choc !


Binnu ka sapna ♠

Court métrage de Kanu Behl  (Inde 2018)    32′   (Clermont)

Les chiens ne font pas des chats telle est la loi de l’hérédité. « Vous prendrez bien un thé » ?  me demande un jeune garçon. « Euh non merci »  je lui réponds en sachant très bien qu’il ne va pas me le jeter à la figure. Je ne suis pas parano, mais  sait on jamais…


Blue ♠

Court métrage expérimental de Apichatpong  Weerasethakul  (Thaïlande France 2018)   12′   (Clermont)

Couverture chauffante.


Bølger ♠

Court métrage de Thomas Elley  (Danemark 2018)    23′    (Clermont)

Questionnement existentiel. On va s’aimer ou on va pas s’aimer ? Mais tu sais que le cinéma t’as sacrément rajeuni mon chéri ! Allez, on va s’aimer.


Brotherhood

Court métrage de Meryam Joobeur  (Tunisie, Canada, Qatar 2018)   25′   (Clermont)

Le retour du djihad du fils aîné conduit progressivement le père à un délire d’interprétation. Son jugement erroné, à l’origine d’une décision lourde de conséquences, procède à la destruction des liens familiaux malgré les preuves d’ouverture du djihadiste repenti.


Cadavre exquis 

Court métrage d’animation de Stéphanie Lansaque et François Leroy   (France – Festival d’Annecy –  2018)    13′   (Arte)

On suit les aventures d’un chien errant en toute liberté dans une ville du Vietnam où la probabilité qu’il finisse « laqué » n’est plus qu’une question de temps. Heureusement pour lui la magie du cinéma opère. Il est doué d’une capacité d’imagination qui le rend visionnaire et chanceux. Ses créateurs lui ont communiqué une grande sensibilité et il est en mesure de penser que son compagnon déjà bien rôti, peut prétendre à un mausolée. Les créatures d’un lac vont lui donner raison. 


Casa de vidro

Court métrage documentaire de Filipe Martins (Portugal 2018)    23′   (Clermont)

Carlos est le roi du monde, il assume son statut et navigue entre les paradis artificiels et le quotidien qu’il connait bien. Bien sûr il doit défendre son territoire, sa cage de verre n’est pas étanche mais son entourage proche ne le trahira pas : il n’en a pas.


Cerdita ♠

Court métrage de Carlota Pereda (Espagne 2018)   14′  (Clermont)

Sara n’assume pas son obésité. Elle reste passive envers les actes d’humiliation dont elle est l’objet. Incapable de se rebeller, elle se fait complice de la vengeance et nourrit de la haine. Pas bien.


Chien bleu

Court métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh  (France 2018)   17′   (Clermont-Ferrand)

Le bleu est connu comme étant la couleur la plus complexe. Il semble que sa signification n’ait pas été véritablement élucidée. On pouvait voir la vie en rose, mais aujourd’hui et grâce à ce petit film très coloré, nous avons la preuve que l’on peu aussi voir la vie en bleu.


Claude libre

Court métrage de Thomas Buisson (France 2018)   18′   (Clermont)

Trop bonnarde la Claude, chui solidaire je lui offre mon cœur.


Comment Fernando Pessoa sauva le Portugal ♠

Court métrage de Eugène Green (France 2017)   27′   (Festival court en scène)

« primeiro estranha-se, despois entranha-se » fut le slogan trouvé par le poète Fernando Pessoa en 1925 pour représenter la marque coca cola que les Américains voulaient commercialiser au Portugal. Pessoa fit choux blanc, le dictateur de l’époque, Salazar s’est fermement opposé à l’entrée de cette boisson sans alcool pour des raisons politiques. Les symboles d’émancipations que représentait cette boisson allait à l’encontre de son régime totalitaire. Dans son slogan, notre poète avait un peu trop joué avec les mamelles du pays : la religion, le vin de Porto et le sexe. S’il avait réussi à faire entrer coca cola dans le pays et en faire sortir Salazar, là il aurait sauvé le Portugal.


Côté cœur ♠

Court métrage réalisé par Héloïse Pelloquet  (France 2018)   29′   (Arte)

Il n’y a que France télévision pour croire à cette histoire de cœur qui lorgne sur des séries « happy hour » où les vieux s’endorment devant leur écran.


De la joie en ce combat

Court métrage  documentaire de Jean Gabriel Périot  (France 2018)   22′   (Clermont)

Reportage émouvant sur la thérapie par le chant.  » Quelque soit la personne qui est à côté de vous, on se prend la main et on fait la ronde ». Oubliez vos problèmes et laissez vous transporter par des visages emplis de sérénité.


Desecho

Court métrage de Julio O. Ramos (Portugal 2018)    14′    (Clermont)

Tout s’achète et tout se vend, c’est une question d’opportunisme, et on peut s’enrichir sur le malheur des autres en évitant de décider sur ce qui est bien ou  mal. Ça fait froid dans le dos.


Des fleurs ♠

Court métrage de Baptiste Petit-Gats  (France 2018)    19′   Clermont-Ferrand

Que préférez vous ? Des gros plans de face ou de dos. Vous avez le choix avec ou sans capuche de nuit comme de jour. Infantilisant et interminable. Tla tla tla tla tla tla tla tla tla tla tla………..musique mortelle pour ce road movie d’un ennui mortel !


Egg ♠

Court métrage d’animation de Martina Scarpelli (France Danemark 2018)    12′   (Clermont)

L’anorexie est associée à une altération de la forme de son corps. L’indice de masse corporelle est de 18,5. Si vous divisez votre poids (kg) avec votre taille au carré (m) vous obtenez votre indice. Si est en dessous de 18,5 vous êtes anorexique. Sensation de froid, faiblesse, manque de sommeil etc…. Et pour ce qui est des troubles psychologiques, je ne préfère pas tenter l’aventure.


Elektrika diena

Court métrage d’animation de Vladimir Leschiov  (Lettonie 2018)    9′   (Clermont)

Un délire électrique complètement déjanté. Les pannes de jus n’en finissent plus et pourtant le courant passe.


Fatiya

Court métrage de Marion Desseigne Ravel  (France 2018)   20′

Détresse non voilée au centre commercial par Lyna Khoudri.


Fauve ♠

Court métrage de Jérémy Comte  (Canada 2018)   18′   (Sundance 2018)

Ah le gros fantasme des sable mouvants ! Ou alors grosse question existentielle engloutie. Expérimental vaseux.


Gosal

Court métrage de Soheil Amirsharifi  (Iran 2018)    15′   (Clermont)

On est pris comme témoin dans cette aventure en temps réel . Les plans de coupe portés au « dossier » apportent un éclairage progressif sans toutefois nous permettre de juger avec certitude sur ce qui s’est réellement passé. Une histoire portée au bénéfice du doute.


Guaxuma ♠

Court métrage d’animation de Nara Normande (Brésil 2018)   14′   (Festival Tous courts Aix en Provence)

Souvenir de famille et poupées de sable. Sacré boulot.


Haus ♠

Court métrage de Joseph Amenta  (Brésil 2018)    15′    (Clermont)

La cage aux folles en survêt. Un court passage indoor pour le défilé  de paillettes puis virée en allonge-gambette pour prendre l’air.


Impossible figures and other stories III ♠

Court métrage d’animation de Marta Pajek  (Pologne 2018)  12′   (Arte)

Il est parfois des rêves qu’il est préférable d’oublier et celui là en particulier.


Interiør

Court métrage de Reed Van Dyk  (Norvège Etats-Unis 2018)   22′   (Clermont)

Comportement obsessionnel d’un petit garçon à la recherche de sa mère. Conduite accompagnée d’une force intérieure qui le confronte à ce qu’il lui est permis.


Je sors acheter des cigarettes

Court métrage d’animation de Osman Cerfon  (France 2018)   14′   (Clermont)

Il suffit d’une porte laissée ouverte pour que les fantômes quittent enfin la maison.


Jupiter ! ♠

Court métrage de Carlos Abascal Peiró (France 2018)   28′   (Clermont)

On se charcute dans les coulisses du parti, on se découpe dans l’arrière boutique du pouvoir; on s’étripe dans l’arrière cuisine familiale, pour se dévorer au grand jour dans un château de location. Notre prochain président sera-il un jambon ? Certains en sont persuadés.


La belle affaire ♠

Court métrage de Constance Meyer (France 2018)   23′    (Clermont canal +)

Travelling d’accompagnement, travelling latéral, au ralenti, ouah !  Route déserte de nuit, puis sous un tunnel reouah ! Quelques notes à la guitare ouah ouah !Mais à qui peut bien être ce bras qui pendouille à la portière du gros camion ? Et c’est ainsi, que peut commencer l’histoire de Gérard, chauffeur poids lourd à l’arrêt, et de Sara.


La chanson

Court métrage de Tiphaine Raffier (France 2018)   30′   ( Festival du film de Brest + Quinzaine des réalisateurs)

Pour quitter Val d’Europe, il faut avoir l’inspiration. Chaque idée de plan est une surprise et une bonne surprise. Trois nanas, trois amies d’enfance sont remplies et nous remplissent de cette histoire. Un film qui anticipe l’avenir parce qu’un drame est arrivé à l’une d’entre elle et cette « oasis urbaine » sans âme sera détruite en 2033. La chanson, un film à ne pas oublier et à ne pas délaisser pour un objet plus performant.


La chute ♠

Court métrage d’animation réalisé par Boris Labbé (France 2018)  14′   (Fr 2)

Rondes de plantes et d’arbres, sortes d’humains qui se transforment en plantes puis rondes d’oiseaux. Tout se mélange et puis, tiens naissance de l’humain ? Bon si on veut. Et c’est là que tout se détraque. On se bouffe, on se découpe, on se massacre, on se brûle, on se bombe atomique. Des sortes de hauts fourneaux coule du jus sur une musique stressante qui n’étonnera personne. Toute cette bouillie devient un pâté que je ne donnerais pas à mon chat, de peur qu’il ne tombe dans l’œil du cyclone.


La Ducasse ♠

Court métrage de Margaux Elouagari  (France 2019)   20′   Clermont-Ferrand

Ca va, au bout de 4 minutes on sait ce que c’est La Ducasse, le suspens n’aura pas été long. Bon c’est sûr, la musique à donf est comprise dans le lot, entre chouchous et auto tampons. Une drague de ouf qui se termine en chtite courave pour libérer la frustration, eh vas y je te défonce ! Allé une chtit clop pour la fin et tout va bien. Encor un chti tour de manège ? non mais tu rêves, t’es pas à la cantine là, y a pas de rab ! Culte.


La nuit des sacs plastiques

Court métrage d’animation de Gabriel Harel  (France 2018)   18′   (Quinzaine des réalisateurs)

Aveuglée par son obsession, Agathe transcende la réalité. Pour faire un môme, c’est mal barré. Alors, sa détermination sans bornes l’amène à concevoir un accouchement apocalyptique. Les images allégoriques de sa délivrance sont résolument mélancoliques, et signent le deuil de son désir de grossesse. Mais il se pourrait bien que l’effet produit par l’absorption de champignons hallucinogènes, mélangés à de l’alcool et à un nuage de fumée de narguilé, puisse tout aussi bien être à l’origine de cette vision de fin du monde ! Déconcertant pour le spectateur réfractaire aux  substances psychoactives.


La parcelle 

Court métrage de science fiction de Michael Guerraz  (France 2018)  20′  (Fr 3)

Un jour ou l’autre il faudra bien prendre des décisions salutaires et trouver le moyen d’interrompre le processus lié à l’utilisation de produits toxiques qui entrent dans la composition  de nos produits alimentaire. Le système nerveux du personnage de ce film se dérègle et il est conduit à prendre une décision radicale pour préserver sa vie et celle de ses proches.


Las Cruces 

Court métrage de Nicolas Boone (Colombie 2018)   29′   (Fr 3)

Profitez pleinement de cette libre déambulation dans ce quartier de Bogotá puisque vous y êtes invités. Mais prenez garde à ne pas vous faire détrousser au coin d’une rue si vous décidez d’y mettre les pieds. Gardez vos distances, car se mêler de trop près aux affaires des gens peut s’avérer diablement risqué. A la fin de la séance, n’hésitez pas à vérifier le contenu de votre sac, et si vous vous apercevez que quelque chose manque, n’accusez pas votre voisin si vous tenez à la vie.


Last year when the train passed by

Court métrage documentaire et expérimental  (France 2018)    17′    (Clermont)

Echange surréaliste pour un retour sur le passé il y a un an le même jour à la même heure. Que faisiez vous ? Vous ne vous en souvenez pas mais le voyageur, lui, se souvient.


La traction des pôles ♠

Court métrage de Marine Leveel (France 2019)    23′    (Fr 2)

Deux indiens sur les traces de Roger, l’idée est excellente je suis content de ne l’avoir pas eu. Il est passé par ici, mais pas l’ombre de Roger. On va essayer les champs de colza et sur qui on tombe ? Ben non c’est pas Roger. Mais ça fera quand même l’affaire. Et puis, après avoir sorti l’artillerie lourde, Paul et Mik se trouvent enfin. Mais toujours rien sur Roger.


Le baiser du silure ♠

Court métrage Documentaire  de June Balthazard  ‘France 2018)   15’   (Clermont)

Récit documenté pour expliquer le mécanisme d’apparition d’une espèce invasive et poétiser sur les pensées du pêcheur. Les morilles du feu qui prospèrent aussi sur des terres brulées vont être les stars de mon prochain documentaire.


Le mal bleu 

Court métrage de Anaïs Tellenne et Zoran Boukhema (France 2018)  16′  (Arte)

Une plongée hyperréaliste dans le monde de la chasse qui nous réconcilie avec le naturalisme au cinéma et qui se permet un clin d’œil à l’existence du surnaturel. Les acteurs sont plus vrais que nature et putain qu’est ce qu’ils sont bons ! L’être humain est-il déterminé par son milieu et par les lois de l’hérédité ? Naturellement, le corps de Marie Pierre est à l’origine des vagues qu’il crée lors de son immersion dans son environnement


Le Mans 1955 ♠

Court métrage d’animation de Quentin Baillieux  (France 2018)   15′   (Clermont)

Réservé aux passionnés du sport automobile. Ça fait mumuse avec l’animation et avec les coupures de journaux de l’époque. D’un ennui mortel pour ceux et celles qui s’en fichent des bagnoles de course. Et puis  c’est le drame…


Liebe ♠

Court métrage de Olivier Adam Kusio (Allemagne 2018)   30′   (Clermont)

Tout s’achète et tout se vend même pour des raisons de désordres psychologiques.


Lionella

Court métrage Sergey Borovkov (Russie 2018)   15′   (Clermont)

Trafic de frigos. Marchandage hallucinant dans un lieu désertique. Le choix d’un prénom à l’origine d’un échange autour de l’arbre généalogique nous fait découvrir des conditions de vie extrêmes.


Make it soul ♠

Court métrage d’animation de Jean Charles Mbotti Malolo  (France 2018)  15′  (Festival Fantasia Canada)

Un soir de janvier 1965 au Regal theater de Chicago, Salomon Burke et James Brown s’affrontent sur scène. Le propos du film se perd dans les effets d’animation, dommage. Je vote pour Salomon sans hésitation.

SALOMON BURKE :

https://www.youtube.com/watch?v=7OKAlBC-XWQ

JAMES BROWN :

https://www.youtube.com/watch?v=nMqAfg8pRRg


Matador ♠

Court métrage de Matthias Jenny  (France 2018)   24′   (Clermont)

Attention, c’est du lourd ! Ça fait dans la bidoche à coup de 45. Petites pointures s’abstenir.


Moi votre ami ♠

Court métrage de Camille Polet  (France 2018)   27′   (Clermont)

Ces gars là, manquent de sommeil, ils sont fatigués, et en les écoutant, chui pas loin de baisser les stores.


Mort aux codes 

Court métrage de Léopold Legrand (France 2017)  14′  (arte)

Mention spéciale à Slimane Dazi.

https://www.youtube.com/watch?v=cvHLoGLqhv8


Nefta football club ♠

Court métrage de Yves Piat (France 2018)   14′   (Festival cinéma méditerranéen Montpellier)

De belles images du sud Tunisien.


Norteños

Court métrage de Grandmas (Royaume-Uni  Angleterre 2018)   8′   (Clermont)

Humour et viande froide. L’image est fixe et le spectateur gondolé.


Ombligo de agua

Court métrage de Laura Baumeister de Montis (Nicaragua 2018)   23′   (Clermont)

Elle fume du crack et se libère sexuellement. Elle devient accro et se marginalise.


Papa

Court métrage de Christophe Switzer (France 2018)    14′   ( Marché du film Clermont)

Quand le chauffeur de taxi s’en mêle et que l’enfant n’a pas raté l’avion, il est préférable de surveiller son langage au risque d’être pris dans un tir croisé. On se mange en pleine gueule les mots que l’on a jeté de façon désinvolte trop occupé à gérer une affaire bien juteuse. Laissez tomber les affaires courantes, l’amour est bien plus fort que le sexe et l’on est jamais toujours tout seul au monde.


Pauline asservie ♠

Court métrage de Charline Bourgeois-Tacquet  (France 2018)   24′   (Festival du film de Cabourg et de Concorto)

Pauline à la campagne. Pauline bipolaire. Pauline ouvre des volets. Pauline sapiophile. Pauline fait du vélo. Pauline fait des courses. Pauline boit de la bière. Pauline ne veut pas danser. La campagne c’est grave ya même pas de réseau ! Et Pauline n’arrête pas de parler !


Per tutta la vita

Court métrage d’animation de Roberto Catani  (France Italie 2018)   5′   (Clermont)

Construction d’une histoire d’amour absolument magique.


Pile poil

Court métrage de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller  (France 2018)   21′   (Clermont)

On suit avec plaisir les aventures de Poupounette et de son « Poupounet » de père que tout le monde a rêvé d’avoir un jour comme papa. Motivée par son examen, la jeune esthéticienne traque le poil partout où il se trouve. Les actrices et les acteurs sont au poil.


Prints

Court métrage de Jack king  (Japon-Royaume Uni 2018)     15′    (Clermont)

Une journée d’une femme poussée à bout par la détresse et l’isolement. Elle ne pourra pas contenir son état d’exaspération intense accompagné d’angoisse et de désirs agressifs et va être contrainte à s’en libérer.


Raymonde ou l’évasion verticale 

Court métrage d’animation réalisé par Sarah Van Den Boom  (France 2018)   16′   (Fr 3)

Merveille de film où la finesse du décor, la précision des plans, la qualité de la photographie et de la lumière, vont avec une incroyable justesse se mettre au service de l’imagination. C’est une histoire qui fourmille d’idées et l’on est conquis par la persévérance de notre héroïne qui multiplie les démarches pour trouver un compagnon. On a envie que s’écrive la fable de la « Grosse Poule » et du Corbeau. La musique et les bruitages apportent des notes enchantées à notre ravissement.


Roberto le canari ♠

Court métrage de Nathalie Saugeon   (France 2018)    18′   (Canal +)

Pourquoi on s’ennuie dans ce film, oui pourquoi on s’ennuie ? Anthologie de gueules d’enterrement.


Roughouse ♠

Court métrage d’animation de Jonathan Hodgson (Royaume Uni France 2018)   16′    (Clermont)

Birmingham VS Liverpool. Un pote poussé à bout par ses potes, mais à la fin tout est oublié. Par contre on n’a pas de nouvelles du lapin, peut être qu’il est au ciel.


Sega ♠

Court métrage de Idil Ibrahim (Sénégal  Etats-Unis 2018)     24′    (Clermont)

Ce gars là, il voulait voir la terre, l’autre terre, celle de l’autre côté de la mer mais il y arrivait pas parce que à chaque fois qu’il essayait, une vague le repoussait.


Solar walk ♠

Court métrage de Réka Bucsi  (Danemark  2018)    21′   (Arte)

Vous avez gagné  un voyage interplanétaire organisé par Monsieur bricolage.


Souvenir inoubliable d’un ami

Court métrage de Wissam Charaf  (France Liban 2018)   26′   (Clermont)

Un surdoué, face au désir du désir, s’obstine et intériorise l’essence du sujet du désir qu’il ne pourra jamais posséder, en évitant le piège du délire paranoïaque et de la persécution.


Taking the waters ♠

Court métrage documentaire de Kathryn Ferguson et Anna Hart  (Royaume uni 2018)    18′   (Clermont)

Un documentaire qui prend l’eau.


The last post office

Court métrage de Aung Rakhine  (Bangladesh 2018)     17′    (Clermont)

Ici, le temps est suspendu. Les mouvements de caméra dévoilent lentement les secrets de la vie dans ce bureau de poste isolé au bord de l’eau. Nos deux amis vont être téléportés d’une cage à une autre sans que l’on comprenne ce qui s’est réellement passé. Avec une cervelle d’oiseau dans un corps humain, on peut penser qu’ils n’étaient pas à leur place. Pourtant, rien ne laissait supposer dans leur comportement un caractère volatile. Je vais mettre ça sur le compte de la magie en me gardant bien de m’assoir à la table de jeu.


The Ostrich politic ♠

Court métrage d’animation de Mohammad Houhou (France 2018)   6′   (Clermont)

On nous prend pour des lampadaires ! Un jour Pline l’ancien à déconné, et on traine ses conneries sur la vie de l’autruche depuis le livre X de l’ornithologie de l’an 23. Ce n’est pas étonnant, à cette époque il se disait des choses qui n’ont jamais été ni vérifiées ni prouvées, et pour n’en citer que deux, miracles et résurrection. Alors, cette histoire de politique de l’autruche n’est qu’un moindre mal. Mais qu’en pense l’autruche ?


Three stories inside a rental van ♠

Court métrage de Lewis Attey  (Australie 2018)   15′   (Clermont)

Mon premier me pète à la gueule, mon second me défonce la caisse, mon troisième me fait partir en fumée. Qui suis je ?


Tithes & offerings

Court métrage de Tony Koros (Kenya Etats-Unis 2018)   16′   (Clermont)

Un miracle peut en cacher un autre. Qu’importe pourvu que ça rapporte.


Tomatic ♠

Court métrage de Christophe Saber  (France Suisse 2018)   20′   (Clermont canal +)

Ouvre-boite à idées. Ça fourmiiiiiille !


Tracing Addai 

Court métrage de Esther Niemeier  (Allemagne 2018)    30′   ( Clermont)

Les images d’animation superposées à des images réelles font une description irréelle du processus d’exclusion qui conduit Addai à son départ en Syrie, pour rejoindre des groupes terroristes. Etape par étape, on refait le cheminement avec lui pour comprendre pourquoi. Son engagement n’aura pas été une solution à son questionnement identitaire. Il mourra de sa psychose sans avoir trouvé de réponse.


Turbine ♠

Court métrage d’animation de Alex Boya (Canada 2018)    8′    (Clermont)

Une machine qui turlupine.


Viktoría

Court métrage de Brúsi Olason (Islande Etats-Unis 2018)   12′   (Clermont)

Les ennuis s’accumulent à la ferme mais Viktoría ne baissera pas les bras.


Yasmina ♠

Court métrage de Ali Esmili et Claire Cahen (France 2018)   22′   (Clermont)

Non intégration par le foot d’une championne qui ne doit pas se rater au prochain match. Allez on s’accroche !