Les critiques de Jean Paul au BEST OF de La Ciotat Eden cinéma septembre 2018

Par ordre alphabétique

A drowning man 

Court métrage de Mahdi Fleifel  (Grèce, Royaume Uni, Danemark 2017)  15′  (Festival du film indépendant de Bruxelles)

Plongée dans un monde où si vous trouvez un mégot de cigarette, il n’est pas certain que vous ayez un briquet pour l’allumer ; si vous voulez fumer, après vous être « vendu » pour 5 euros, votre goût ne retiendra que la saveur amère de la cigarette mais vous aurez gagné un jour sur votre vie.


All theses creatures ♠

Court métrage de Charles Williams  (Australie 2018)  13′  (Palme d’or à Cannes😒)

La cigale est le seul insecte qui ne cause pas de dommage à l’arbre qui la nourrit de sa sève. On peut éventuellement trouver insupportable le bruit que fait le mâle pour attirer la femelle, mais en déduire que cette créature est porteuse de malédiction c’est méconnaître la biodiversité, contribuant par là à perpétuer des croyances qui nous conduisent à un monde inexpliqué. Le cerveau n’est pas à l’abri de contracter des maladies, et la dépression en est une.


Alzhaïmour 

Court métrage de Pierre Van De Kerckhove  (Belgique 2017)    14′  (Festival du film indépendant de Sydney)

Moment de poésie en maison de retraite, et c’est tellement bien quand on peut y rentrer pour faire semblant.


Avaler des couleuvres

Court métrage de Jan Sitta  (France 2017)  19′  (Grand prix du film en plein air de Grenoble + coupe Juliet Berto)

A une certaine époque, on pouvait se voir servir des morceaux de couleuvres dans un plat d’anguilles, et manger le tout en croyant uniquement manger des anguilles. Souad se voit retirer son nom pour celui de Jessica jugé plus  acceptable pour travailler dans un salon de beauté chic d’une ville de province. La jeune contractuelle n’est pas en mesure de refuser si elle veut conserver son emploi. Mais elle « n’avale pas des couleuvres », c’est la conscience de devoir les avaler qui va être à l’origine de son dilemme. En ce qui me concerne je n’ai trouvé dans le menu de ce film que des bonnes choses.


Backstory ♠

Court métrage de Joschka Laukeninks  (Allemagne 2017)   8′   (Festival sup’ de courts)

Ça ressemble à une mauvaise pub comme savent bien les faire les banques ou assurances avec leurs voix off insupportables mais là, 8 minutes ça fait long !


Belle à croquer ♠

Court métrage de Axel Courtière (France 2017)  14′  (Festival tous courts Aix en Provence)

Infantilisation kitsch pour adultes amateurs de clowneries. Dans le milieu du show-biz, on ADOOOOOOOR !


Counterfeit kunkoo (Le rouge au front)

Court métrage de Reema Sengupta  (Inde 2017)   15′  (Festival indien de Los Angeles)

Pour elle, le désir d’indépendance passe par dessus tout et se libérer de l’oppression masculine est une lutte permanente.


Don Ruperto ♠

Court Métrage d’animation de Irma Orozco   (Mexique-Allemagne 2017)   11′    (Festival de Gérone)

Aïe aïe aïe mucho calor !


Duelo 

Court métrage de Alejandro Alonso  (Cuba 2017)  12′  (Festival de Popoli)

Une lutte contre les éléments naturels pour conjurer le sort et faire le deuil d’un être cher. Pas de bondieuseries ici ; au Bon Dieu, on lui dit ses 4 vérités et le vent et la pluie jouent en contrepoint avec les prières. La bande son, la musique et les cadrages me propulse à la rencontre d’esprits dont je rejetais l’existence.


Find fix finish 

Court métrage documentaire de Sylvain Cruiziat et Mila Zhluktenko  (Allemagne 2017)  21′  (Festival documentaire de Madrid)

J’allume une clope, c’est un geste anodin pour vous ; mais imaginez qu’à l’autre bout de la planète une personne inconnue devant un écran connaisse la couleur de mon briquet et la marque de ma cigarette. Ça fait froid dans le dos non ? Bon jusqu’ici tout va bien ; imaginez maintenant que je me retrouve entouré de personnes considérées comme suspectes. Auriez vous un conseil à me donner ? Non aucun, car à ce moment là je deviens potentiellement un individu ciblé, un pixel à effacer. Attention, fumer c’est contagieux, n’approchez pas ! Total black.


Fry day ♠

Court métrage de Laura Moss  (Etats Unis  2017)   16′   (HollyShorts Festival)

A ne retenir dans ce film qu’une blague de mauvais goût qui ne fait pas rire tout le monde. MDR.


Garden party 

Court métrage d’animation de Florian Babikian, Vincent Bayoux, Victor Caire, Théophile Dufresne, Gabriel Grapperon, Lucas Navarro (MOPA 2017)   7′  (Oscar du meilleur court métrage + Clermont-Ferrand)

Encore, encore, encore !


In white (bil abyad) ♠

Court métrage de Dania Bdeir  (Liban 2016)  17′  (Clermont-Ferrand)

Allez vous trouver la bonne blague qui déride ? Non, ça va pas être facile ! Essayez la pêche à la mouche !


Le scarabée au bout de la rue ♠

Court métrage de Joan Vives  (Espagne 2017)   19′   (Festival de Guadalajara)

Ce n’est pas un film qui atteint les sommets. Et flop aux effets de surprise. Viva la muerta !


Les misérables 

Court métrage de Ladj Ly  (France 2017)   16′  (Clermont-Ferrand)

Le survol par un drone de la cité de Clichy sous Bois va créer quelques déboires  aux lascars du tiexon qui manœuvraient l’engin. Malheureusement pour eux, les keufs keufent…alors ya embrouille : fallait pas voir ce qu’il fallait voir. Finalement l’histoire est bouclée après un échange musclé dans une cave où l’on aurait pas aimé se trouver. Babylon tu déconnes.


Lost in the middle 

Court métrage de Senne Dehanddschutter  (Belgique 2017)  17′  (Festival du film fantastique de Bruxelles)

Chassé croisé de deux jeunes européens perdus entre rêve et réalité dans un lieu dévasté par la guerre. La demi reconstruction de maisons aux murs blancs pour les besoins du film qui s’inscrit dans la réalité des décombres, signe un ardent désir de paix.


Madre ♠

Court métrage de Rodrigo Sorogoyen  (Espagne 2017)  19′  (Premios Goya)

Les téléphones portables sont les acteurs principaux de ce film. J’ai été plus inquiété par le déchargement de leurs batteries que par le sort du petit garçon abandonné sur une plage. Téléphone drive et générique expérimental pour couronner le tout.


Manivald 

Court métrage d’animation de Chintis Lundgren  (Canada, Croatie, Estonie 2017)  13′   (Festival de Denver)

Un renard quitte sa mère pour un beau plombier, et finit…dans la rue.

https://www.arte.tv/fr/videos/076568-000-A/manivald/


Matria 

Court métrage de Alvaro Gago  (Espagne 2017)  20′  (Festival du film de Sundance)

Abnégation et humiliation au travail pour des femmes prises dans une spirale vertigineuse, n’ayant pas droit au « burn out ». Quand la fiction et la réalité font salle commune.


Nakaw 

Court métrage de Arvin Kadiboy Belarmino et Noël Escondo  (Philippines 2017)   7′  (Festival de Bali Minikino + Cannes)

Vol et course poursuite hallucinante qui finit mal.


Negative space 

Court métrage d’animation de Max Porter et Ru Kuwahata  (France 2017)   5′   (Festival Zinebi – Bilbao)

Une éducation froide et sévère qui s’avère « mortelle ».


Pépé le morse ♠

Court métrage d’animation de Lucrèce Andreae  (France 2017)   14′  (Les césars d’animation)

Une famille salement décomplexée d’accord, mais qui va nettoyer la plage de tout ces mégots ? Personne apparemment, je ferais pas mon deuil ici.


Saule marceau 

Court métrage documentaire de Juliette Achard   (France 2017)   34′   (Doclisboa  Lisbonne)

Western en Limousin. Déconstruction d’un scénario de fiction face à la réalité désespérante des conditions d’existence des éleveurs, qui voient leurs rêves détruits par la transformation profonde de l’exploitation agricole. Mention spéciale aux animaux : cheval, vaches, porcs.


Skuggdjur (les animaux de l’ombre)

Court métrage de Jerry Carlsson  (Suède 2017)  22′   (Festival de San Francisco + Clermont_Ferrand)

Étonnante introspection dans un monde codé à hauteur du regard d’un enfant. Vision énigmatique sur les comportements humains si l’on n’est pas initié. L’inquiétante chorégraphie aux allures de parade nuptiale, annonce des événements plus étranges qui vont suivre. Le dérèglement du groupe s’opère alors à la manière d’une envolée de moineaux. Chacun trouve sa porte de sortie comme si ce qui venait de se passer n’avait jamais existé. Mais certains signes nous indiquent qu’il pourrait bien y avoir une prochaine fois…Fantastique !


Still water runs deep ♠

Court métrage de Abbesi Akhamie   (Nigeria – Etats Unis  2017)   15′   (Festival d’Aspen Etats Unis)

Patrick a disparu, il fallait se méfier de l’eau qui dormait. Faut-il se méfier d’un film qui ne fait pas de bruit ? En attendant je me mets en mode « sleep » à moins que je ne sois secoué par un tube des Bee Gees.


Tête d’oliv… ♠

Court métrage d’animation de Armelle Mercat (France 2017)  11′  (Clermont-Ferrand)

Je découvre avec plaisir que la calvitie serait un fantasme féminin ! Fameux chat, femme au chauve. Mais on a marché sur la lune tintin ! 


The distant sea ♠

Court métrage de Nic Wassell  (Royaume Uni 2016)   15′   (Festival du film fantastique)

🤢 Il est préférable que je garde des distances.


The forger (Le faussaire) 

Court métrage documentaire et d’animation de  Samantha Stark, Alexandra Garcia et Pamela Druckerman  (Etats Unis  2017)  17′   (Festival Hot Docs)

Un teinturier grâce à ses pouvoirs magiques, se met au service de l’humanité et va sauver de l’enfer des camps de concentration un grand nombre de personnes pour qui l’existence du magicien leur restera inconnue. Histoire vraie, discrétion absolue.

http://www.aish.fr/shoah/multimedia/Le-faussaire–lhistoire-exceptionnelle-dAdolfo-Kaminsky.html


Tremblements (Drzenia) ♠

Court métrage de Dawid Bodzak  (Pologne 2018)  22′  (Clermont-Ferrand)

Dans le monde, tout ne va pas comme sur des roulettes…surtout quand on est « épris » d’un « Skateur on the storm ».


U plavetnilo   (Into the blue)

Court métrage de Antoneta Alamat Kusijanovic  (Croatie Slovenie Suède 2017)  22′  (Festival premiers plans d’Angers)

Pour certaines filles, l’amour est chose facile ; pour d’autres, c’est une lutte incessante et souvent insupportable qui peut les conduire à commettre des actes « dangereux ». Ce sera sans conséquence pour la belle au corps de déesse précipitée dans « l’abysse », mais pour Julija ce sera une lente descente dans le bleu des eaux profondes, craignant que personne ne soit là pour la ramener à la surface. Magnifique.


Vaca profana ♠

Court métrage de René Guerra  (Brésil 2017)   16′   (Festival de Rio de Janeiro + Clermont-Ferrand)

3615 mylife. Compassion.


Vers la tendresse ♠

Court métrage documentaire de Alice Diop  (France 2016)  38′  (Les césars du  cinéma)

Quatre queutards en capuches font sucette au coin de la rue.

Le premier passe aux aveux la queue entre les jambes,

Le 2, gros fumeur de beuh ne kiffe plus et passe à table,

Le numéro trois se fait tirer…les vers du nez,

Et le quatre pour finir, s’ouvre le cœur au Kyriad.

Bye bye les oiseaux de nuit,

Bisous poilus.

L’amanite des Césars.


Vlees van my vlees ♠ (la chair de ma chair)

Court métrage de Matthys Boshoff  (Afrique du sud 2016)  25′  (Clermont-Ferrand)

Un règlement de comptes sensé faire monter la température, mais qui ne nous fait ni chaud ni froid. Du cinéma archi-classique.


Weekends 

Court métrage d’animation de Trévor Jimenez   16  ‘  (Festival de Calgary + Clermont-Ferrand)

J’ai pris beaucoup de plaisir à partager les souvenirs d’enfance que ce film distille où chaque image est remplie d’une émotion qui encourage à la bienveillance.


Wolta ♠

Court métrage de Monika Kotecka et Karolina Poryzala  (Pologne 2017)  14′  (Hot Docs festival documentaire Canadien)

Chevaux de cirque montés par une belle cavalière maladroite. Maladroit.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *